VVL :: Le Blog sur les Licences Libres, Open Source, et leur diffusion

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 5 février 2009

Analyse de la LGPL v3 et examen approfondi des « Combined Libraries »

Sortant d’une période dense – et donc, relativement calme pour le blog – et avant d’en débuter une autre tout aussi épuisante, je prends le temps de publier le résultat de quelques échanges avec un collègue et ami très présent dans le milieu du logiciel libre en Belgique.

La réflexion concernait la portée qu’il convenait de reconnaître à l’article 5 de la GNU LGPL v3[1] – anciennement article 7 de la GNU LGPL v2.1[2] :

5. Bibliothèques combinées.

Vous pouvez placer des services de bibliothèque, lorsqu’ils constituent un travail basé sur la « Bibliothèque », côte à côte dans une bibliothèque unique avec d’autres services de bibliothèque qui ne sont pas des Applications et ne sont pas couverts par cette licence ; vous pouvez acheminer cette bibliothèque ainsi combinée selon les termes de votre choix à la condition de procéder ainsi :

* accompagner cette bibliothèque combinée par un travail identique basé sur la « Bibliothèque », non combiné avec d’autres services de bibliothèque et acheminé sous le régime de cette licence.

* accompagner la bibliothèque combinée d’une note indiquant qu’elle est en partie basée sur la « Bibliothèque » et précisant où trouver l’exemplaire non combiné de ce travail.[3]

Après lecture de cet article, qui autorise la création de « bibliothèques combinées », nous cherchions à savoir s’il avait pour conséquence de réduire la portée du copyleft de la licence (comme le fait l’autorisation expresse d’utiliser la bibliothèque sous LGPL) ou s’il avait pour seuls objectifs de traiter une question technique de redistribution et d’identification de travaux sous LGPL.

Ayant profité de ces échanges pour récapituler brièvement les finalités des différentes clauses de la LGPL v3 et faire un point sur ce qui est compris dans l’expression “work based on”, je vais à nouveau m’y pencher avant de répondre à la question — ces développements viendront plus tard compléter la page du wiki relative à la LGPL.

Notes

[1] « 5. Combined Libraries. You may place library facilities that are a work based on the Library side by side in a single library together with other library facilities that are not Applications and are not covered by this License, and convey such a combined library under terms of your choice, if you do both of the following: a) Accompany the combined library with a copy of the same work based on the Library, uncombined with any other library facilities, conveyed under the terms of this License. b) Give prominent notice with the combined library that part of it is a work based on the Library, and explaining where to find the accompanying uncombined form of the same work. »

[2] « 7. You may place library facilities that are a work based on the Library side-by-side in a single library together with other library facilities not covered by this License, and distribute such a combined library, provided that the separate distribution of the work based on the Library and of the other library facilities is otherwise permitted, and provided that you do these two things:a) Accompany the combined library with a copy of the same work based on the Library, uncombined with any other library facilities. This must be distributed under the terms of the Sections above. b) Give prominent notice with the combined library of the fact that part of it is a work based on the Library, and explaining where to find the accompanying uncombined form of the same work. ».

[3] D’après une rapide traduction réalisée par la DAJ (Direction de l’Action Juridique) pour le Ministère des Finances et mise en ligne sur le site du ministère de la Culture. Il s’agit d’un document de travail, qui va notamment être repris et peut-être harmonisé par le groupe de traducteurs et juristes œuvrant sur la traduction de la GNU GPL v3.

Lire la suite...

mercredi 25 juin 2008

Mise en place de la Mailing-list dédiée aux licences libres et open source : licences@venividilibri.org

Cela fait déjà un moment que le projet avait été discuté et la mailing-list créée, voici venu le temps d'annoncer « officiellement » sa mise en place.

L'objet de Veni, Vidi, Libri est de promouvoir les licences libres ainsi que de faciliter le passage de créations sous licence libre. Dans la recherche de cet objectif, on s'est aperçu rapidement qu'il était intéressant et utile de créer un wiki qui puisse mutualiser les travaux, recherches et expériences qui se cumulaient au fil des échanges. Le wiki est aujourd'hui de plus en plus complet, il a même un nouveau visage depuis peu, et son contenu ne cesse d'évoluer (il faut avouer que le nombre de contributeurs ne dépasse pas les millions, mais les apports sont très souvent pointus et utiles).

La Mailing-list répond à un autre besoin et est issue d'une constatation tout aussi pragmatique : de nombreuses personnes nous contactent fréquemment pour nous poser des questions X ou Y sur les licences, d'autres questions du même acabit apparaissent occasionnellement sur d'autres mailing-lists (notamment sur les listes de l'April, de l'Aful, de CC(-fr), Copyleft attitude, etc.). Quelques autres listes que je parcours habituellement (debian-legal ; open source –discute et review– ; et free software business) ne répondent qu'accessoirement (et pas toujours — debian lorsqu'il s'agit de comparer une licence à la charte DFSG, l'OSI pour la certification des licences, FSB autour du business, etc.) aux questions liées à l'utilisation des licences libres, le choix, etc.

Il n'y a donc :

  • aucune mailing-list propre à ces questions (alors qu'elles sont de plus en plus nombreuses)
  • aucune liste française qui ne traite directement des questions afférentes aux licences libres (sans être affilié à une licence ou un organisme emportant une partialité quelconque).

Ainsi, avoir une Mailing liste dédié nous permettra potentiellement de mutualiser les questions et surtout les réponses qui pourront être apportées.

Lire la suite...

vendredi 16 mai 2008

Atelier sur les licences libres à Gradignan

De retour de Gradignan où je suis intervenu hier sur les licences libres/ouvertes, je vais tâcher de coucher ici rapidement mes impressions très positives : quant à la médiathèque, la fête de l’Internet et l’incontournable Automazic[1].

Notes

[1] En bonus, quelques shots de cette fameuse Automazic

Lire la suite...

jeudi 8 mai 2008

Le wiki de Veni, Vidi, Libri adopte un nouveau visage

Dans la même lignée que le blog, c'est aujourd'hui au tour du wiki de l'équipe de changer de peau, grâce à la grandiose Rore !!

Ça fait un moment que le virage de Pmwiki à Mediawiki avait été entamé, avec pour principales motivations les fonctionnalités et extensions supplémentaires que mediawiki nous offrait. La mutation est maintenant bientôt terminée !!

Lire la suite...

jeudi 13 mars 2008

VVL est Down, vive VVL !

Certains ont pu s'en étonner : le lancement du blog a été stoppé net mercredi à 6h00 (avec quelques retours chaotiques) par une frénésie de spam — qui n'a eu d'autres effets que de mettre à terre le serveur gracieusement prêté par Framasoft (emportant avec lui une partie des services du généreux mécène). Heureusement, notre support niveau trois, en la personne de Pierre Yves Gosset (rien de moins), semble avoir rétablie une relative pérennité sur les sites. Merci à lui (de toute façon, ce n'est pas la première fois que l'on avouera que VVL n'existerait pas sans Framasoft...) !

Si l'on a forcément perdu des billes dans ce problème malvenu, tout ne fait que commencer !

Les premiers retours concerneront certainement :

Lire la suite...

mardi 11 mars 2008

Veni, Vidi... Libri — le blog ?

Voici maintenant quelques années que l'on entend parler de Veni, Vidi, Libri — VVL, ou vvlibri, pour les feignantshabitués —, sans pour autant savoir définir précisément son action, l'équipe derrière l'association, et finalement ce qui s'y fait réellement.

L'objectif de ce blog est donc de favoriser cette communication (qui sommes-nous, et que fait-on), donner un aperçu de ce qui se passe par ailleurs dans le domaine des licences libres, et de pointer toute information susceptible de s'y rattacher. Ce n'est bien sûr pas un "coming-out" qui se justifierait par besoin de reconnaissance, ou autre attitude narcissique, mais simplement une volonté de partager les informations qui concernent le monde des licences libres, domaine dans lequel nous évoluons depuis un certain temps et pour lequel nous avons décidé de nous investir afin d'œuvrer, naïvement dit-on, pour le bénéfice de tous.

Lire la suite...

samedi 26 janvier 2008

Sortie de la version 3 de la GNU General Public License

GNU_GPL_V3.png

Après 18 mois de rédaction, de prises de commentaires, de concertations publiques, et quatre ébauches successives, la nouvelle version de la GNU GPL (General Public License) est annoncée publiquement le 29 juin dernier. À cette sortie, s'ajoute celle de la LGPL v.3 (pour Lesser General Public License), bien moins médiatisée — la GNU AGPL (pour GNU Affero GPL) suivit peu de temps après, et d'autres restent dans le bac : la FDLv2 et la SFDL.

C'est une famille entière de licences qui est en train de se redessiner, et à travers elle, les idées qu'elles transportent. Si elles sont compatibles entre elles, elles ne le sont pas à l'égard des versions antérieures, et l'on peut s'attendre à une période de flottement dans les mois, voire les années à venir, où les versions 2 et 3 des licences coexisteront sans pouvoir se combiner (toutes les lignes de code ne peuvent être relicenciées automatiquement sous une version ultérieure — notamment celles de Linus Torvald et des autres développeurs du noyau Linux).

Plus qu'une refonte juridique, la nouvelle GPL évolue dans les libertés qu'elle prône et les principes qu'elle défend. D'une part, elle prend des décisions « politiques », et, d'autre part, elle accentue le caractère égalitaire qui prolonge l'essence même du copyleft (mis à mal entre autres par l'accord Novell/Microsoft).

L'analyse de la licence doit se faire dans son intégralité, et même si certaines clauses ou contraintes firent grincer des dents, elle fut sans surprise validée tant au regard de l'OSD (Open Source Definition) que la DFSG (Debian Free Software Guidelines). Enfin, si l'on a pu parler de continuum, il faut reconnaître que les libertés sont, pour le moins, précisées et renforcées.

Lire la suite...

page 2 de 2 -